Auteurs : Serge Laget et Bruno Cathala
Éditeur : Days of Wonder
Année de parution : 2005
Nb de joueurs : 3-7
Durée : 90 min. à 120 min.
Catégorie : Coopération

Pointage obtenu pour le palmarès : 174
Fréquence retrouvée dans les listes : 8
Fréquence retrouvée en 1ere place : 0

Pourquoi?
Trois ans même avant sa publication le jeu faisait déjà beaucoup de bruit. C'est à l'état de prototype que Les Chevaliers de la Table Ronde a effectivement commencé à faire écho. Il faut dire que le contexte s'y prêtait bien aussi puisque que c'est dans le cadre des maintenant défuntes rencontres ludopathiques annuelles de Bruno Faidutti que Serge Laget et Bruno Cathala faisaient parler d'eux. Mais au-delà de la publicité, la qualité du prototype se suffisait en elle-même. Pour citer Faidutti «les deux maquettes du jeu ne cessèrent de tourner, et il fallait s'inscrire à l'avance auprès des auteurs pour pouvoir intégrer une partie -du jamais vu- à Étourvy.». Les Chevaliers de la Table Ronde était donc destiné au succès. Et avec un éditeur comme Days of Wonder pour se charger de sa version finale, ce succès devenait assuré. Il faut dire aussi que la qualité se devait d'être au rendez-vous, tant visuellement que substantiellement. Les jeux de coopération pour adultes sont si rares que la comparaison avec le très haut standard que Knizia avait fixé avec son Lord of the Rings devenait inévitable. Le jeu de Laget et Cathala l'a très bien tenu. C'est du moins ce que sa place dans notre palmarès laisse croire! En dépit des commentaires de ceux qui trouvent sa mécanique coopérative moins réussie que l'opus de Knizia, force nous est d'admettre en effet que Les Chevaliers de la Table Ronde supplante son rival sur bien des points : meilleures rejouabilité (le jeu n'est pas linéaire), thème plus accessible (plus universel et plus connu encore que l'oeuvre de Tolkien), élément de mystère (possibilité d'un joueur traître).

Le saviez-vous?
Beaucoup de jeux sur le marché sont, comme Les Chevaliers de la Table Ronde, le résultat d'un duo d'auteurs. Bien qu'on puisse indéniablement tirer profit de telles collaborations, elles viennent en revanche brouiller les cartes quand on s'interroge sur le processus de création du jeu. Des questions inévitables pour qui s'intéresse au sujet ne tardent pas à venir : Qui a eu l'idée originale du jeu? Qui a fait quoi dans les mécanismes? Qui y a mis le plus de sa griffe? On sait par exemple que pour Inkognito, le jeu était à l'origine une création pour joueurs aguerris de Colovini et que Randolph y a mis sa patte pour le rendre plus familial et accessible. On sait aussi que Monstrofolie est avant tout un jeu de Ludovic Maublanc, et que Christophe Boelinger est ensuite venu ajuster et simplifier les règles pour rendre le jeu plus fonctionnel. Pour Les Chevaliers de la Table Ronde, il semble que le jeu fut surtout l'idée de Serge Laget. L'auteur de Mare Nostrum aurait, dit-on, longtemps travaillé seul sur le projet et son idée de départ était claire : faire un jeu de coopération dans l'univers du Roi Arthur. C'est après qu'il ait rencontré Bruno Cathala, pour ensuite le voir régulièrement, que Laget a décidé que le projet deviendrait le fruit d'une collaboration. La travail de Cathala allait consister à ajouter les touches finales au jeu que Laget n'arrivait pas à poser. C'est à Cathala aussi qu'allait revenir la mise en forme de la structure des règles, un travail que Laget avoue avoir toujours eu un peu de mal à faire!