Auteur: Reiner Knizia
Éditeur : Hans im Glück/Mayfair
Année de parution : 1992
Nb de joueurs : 3-5
Durée : 60 min.
Catégorie : Enchères

Pointage obtenu pour le palmarès : 132
Fréquence retrouvée dans les listes : 6
Fréquence retrouvée en 1ere place : 0

Pourquoi?
Modern Art marque un tournant dans l'histoire des jeux de sociétés. Avant sa parution, les jeux d'enchères étaient bien peu communs. Outre Les Grands Maîtres et Kuhhandel, les auteurs ludiques semblaient un peu bouder ce mécanisme relégué plus souvent qu'autrement sur un plan secondaire dans un jeu. En intégrant une variété de différents types d'enchères, en établissant un lien proportionnel entre la quantité de tableaux mis en vente et leur valeur, Knizia démontra avec Modern Art qu'un jeu d'enchères pouvait devenir très prenant. Non pas que ses prédécesseurs ne l'étaient point. Mais aucun jeu d'enchères auparavant n'avait été conçu pour immerger les joueurs, où les décisions cornéliennes étaient de mise et où la réflexion récompensait le victorieux. Beaucoup ont tenté de suivre les pas de Knizia par la suite, étant maintenant tous convaincus qu'un jeu consacré entièrement aux enchères pouvait offrir une expérience ludique considérable. Mais les autres jeux d'enchères que l'auteur fit éditer après Modern Art prouvèrent aussi que Knizia était non seulement le réformateur, mais aussi le maître incontesté du genre.

Le saviez-vous?
Non seulement Modern Art donna ses lettres de noblesse aux jeux d'enchères mais c'est aussi le jeu qui lança la notoriété du plus populaire et de plus prolifique des auteurs de jeux actuels. Pour la première fois dans sa carrière, Knizia recevait, avec Modern Art, les éloges à la fois des critiques de jeux et du grand public. Pour la première fois, on remarqua un grand potentiel chez cet auteur, alors que ses jeux antérieurs comme Quo Vadis?, Res Publica et Digging n'avaient suscité qu'un intérêt bien mitigé. Avec Modern Art, une nouvelle star du monde ludique s'annonçait; une star avec une griffe bien personnalisée, caractérisée par les nombreuses avenues possibles que l'on pouvait entreprendre pour marquer des points dans un jeu.