Auteurs : Reiner Knizia
Éditeur : Hans im Glück/Mayfair
Année de parution : 1997
Nb de joueurs : 2-4
Durée : 90 min.
Catégorie : Territoires

Pointage obtenu pour le palmarès : 348
Fréquence retrouvée dans les listes : 14
Fréquence retrouvée en 1ere place : 3

Pourquoi?
Faites le test : cherchez sur le web les critiques qui commentent négativement Euphrat und Tigris. Vous en trouverez! Mais les seuls arguments qu'ils auront à vous donner seront de l'ordre de " trop exigeant pour les neurones " ou " trop sérieux ". Et ces commentaires, bien subjectifs et superficiels, seront plutôt rares dans l'océan d'éloges que le chef d'oeuvre proclamé de Knizia récolte. En fait, s'il n'y avait qu'une critique valable à faire au jeu, c'est le hasard qui peut parfois être frustrant quand on a besoin de ces précieuses tuiles rouges et qu'on ne les a pas. Sinon, Euphrat und Tigris est sans conteste le jeu qui a consacré son auteur comme le plus apprécié de tous pour de nombreux joueurs confirmés. Certains diront même que c'est l'un des meilleurs jeux de société jamais inventé, poussant l'audace de le comparer au vénérable Go dans ses mécanismes. Il faut bien l'admettre, cet opus majeur du plus prolifique des auteurs ludiques a de quoi satisfaire les amateurs de jeux intenses et profonds. Les stratégies et les subtilités qu'il offre à chaque tour sont innombrables grâce à des marges de manoeuvres très optimisées avec la pose de tuiles. Peu importe l'endroit sur la surface du jeu, les joueurs ne sont pas limités par une zone tracée d'avance. Ils peuvent renforcer leurs positions, affaiblir celles de leurs adversaires, provoquer des conflits de deux manières (selon que l'objectif est de prendre le contrôle d'un territoire ou bien de l'annexer un autre) et peuvent même forcer deux autres joueurs à se mesurer l'un l'autre. Mais encore. En plus d'offrir ce potentiel stratégique, Knizia le fait par l'entremise de règles totalement innovantes et résolument efficaces. Celles qui gèrent les conflits d'abord ne ressemblent à rien de connu dans d'autres jeux impliquant des combats. Mais celles pour atteindre la victoire où le vainqueur est celui des joueurs qui a le plus de pions dans celle des quatre couleurs où il en a récolté le moins relèvent tout simplement du génie.

Le saviez-vous?
Si Modern Art fut le premier jeu qui a vraiment fait connaître Knizia dans le microcosme des jeux de société et si fut le premier jeu qui a lança sa carrière d'auteur professionnel à temps plein, Euphrat und Tigris représente pour sa part un double événement : celui d'être le premier gros jeu que l'auteur à conçu et celui qui fut le premier à faire taire les mauvaises langues comme quoi les thêmes de jeux chez Knizia étaient trop artificiels. Malgré son côté abstrait en effet, Euphrat und Tigris réussit tout de même bien à donner un sens concret à l'application de certaines de ses règles (tuiles bleus seulement posées sur les cours d'eau, tuiles vertes reliées au commerce et exclusives à la récolte des trésors des temples, etc.).