Schotten-TottenAuteur : Reiner Knizia
Éditeur : ASS (Altenburger und Stralsunder Spielkarten-Fabriken)
Année de parution : 1999

Durée : 20 min.
Catégorie : Séries
Pointage obtenu pour le palmarès : 179
Fréquence retrouvée dans les listes : 7
Fréquence retrouvée en 1ère place : 0


Pourquoi?

Parce que Herr Knizia a eu le génie de convertir un jeu de bluff connu de tous, le Poker, en un petit jeu rapide semblable au Ramy et saupoudré d'un brin de déduction! Il est ainsi plus facile d'initier un néophyte à Schotten-Totten qu'à bon nombre de jeux pour deux sur le marché puisqu'il a recours à des principes déjà très familiers qui ont déjà fait le succès de d'autre jeux classiques. Le but est d'autant plus simple que les mutliples et constants choix cornéliens qu'il offre aux joueurs. Avec seulement une carte à jouer par tour et de mutliples manières de gagner des points, l'engouement du jeu réside dans ce constant besoin de tout maîtriser alors qu'on y arrive finalement jamais! Et même s'il n'a gagné aucun prix, Shotten-Totten a déjà prouvé qu'il est là pour rester avec deux autres rééditions depuis sa sortie : toutes deux ajoutent des cartes spéciales venant pimenter le jeu et l'une d'elle, Battle Line, s'est dotée d'un thème plus classique portant sur les guerres antiques.

Le saviez-vous?

Schotten-Totten ferait semble-t-il partie d'une trilogie. Vers la fin des années '90, plusieurs ont vu en effet chez Knizia une volonté de faire éditer périodiquement ses jeux sous forme d'ensembles comportant trois titres partageant tous une caractéristique commune. Et même si ces trios n'aboutissaient pas toujours intégralement chez le même éditeur, les trois jeux qui les composaient étaient tous produits durant la même année. C'est ainsi qu'en 1999, l'auteur a lancé sa trilogie des jeux de séries : le plus facile étant Les Cités perdues, puis Tabula Rasa étant celui conçu pour ceux voulant aller un peu plus loin, et enfin Schotten-Totten qui s'adressait aux joueurs confirmés.