Auteurs : Wolfgang Kramer et Richard Ulrich
Éditeur : Alea/Rio Grande Games/Ystari/Quined games
Année de parution originale : 2000
Nb. de joueurs : (2)3-5
Durée : 90 min.
Catégorie : Développement

Pointage obtenu dans le palmarès : 358
Fréquence retrouvée dans les listes : 16/70
Fréquence retrouvée en 1ere position : 2
Position obtenue dans le palmarès 2009 : 13

Pourquoi?

Pour deux raisons essentiellement : tout le monde aime les casse-têtes et tout le monde aime créer son petit coin de paradis. Alors qu'on en connaît peu sur le processus de création si astucieusement structuré et rodé des Princes de Florence, on s'incline cependant devant Kramer et Ulrich qui ont eu tant de doigté pour inventer un jeu visant la corde sensible de tellement de joueurs. Pensez donc : un thème princier et artistique pour aller rejoindre le public romantique et féminin (les joueuses qui affectionnent ce jeu sont nombreuses, je vous l'assure!), de la planification imposée dès le départ pour séduire les insécures qui ont du mal à jouer une première partie sans qu'on leur dise quoi faire et quoi ne pas faire (vous reconnaissez-vous?!) , des pantaminos pour donner un peu de défi et d'esthétique à votre gestion et pour séduire ceux qui veulent voir le concret de leurs décisions... Mais surtout, surtout.... Les Princes de Florence est un jeu dans lequel vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous, et à vous seul, si vous perdez! Malgré l'once d'interaction qu'on y retrouve (parce qu'il faut aussi séduire ceux qui aiment l'interaction un tant soit peu!), il est impossible dans ce jeu de nuire délibérément à un autre. Alors tout le monde sera content en fin de partie! Oui, tout le monde. Parce que c'est ça qui est beau quand on joue à faire des casse-têtes pour créer son coin de paradis : vous aurez beau perdre la compétition, vous aurez toujours ce sentiment de satisfaction d'un travail accompli au mieux possible.


Le saviez-vous?

Tout comme Knizia et Wallace, le célébrissime co-auteur des Princes de Florence, Wolfgang Kramer, occupe aussi la profession d'auteur de jeux à plein temps. Mais contrairement à ses deux jeunes comparses , Kramer a opté pour la sagesse avant de se risquer dans une si marginale profession. Il a fallut 15 ans de succès ludiques à ce vieux renard de 68 ans pour le convaincre de s'y mettre encore plus sérieusement. Son premier jeu édité datant de 1974, ce n'est en effet qu'après avoir empoché ses deux premiers Spiel des Jahres (1986 et 1987) que Kramer a jugé qu'il était mûr pour laisser son métier d'informaticien et attaquer à fond le marché du jeu. C'était en 1989.