Auteurs : Paolo Mori
Éditeur : What's your game?/Rio Grande games/Iello
Année de parution originale : 2009
Nb. de joueurs : 2-4
Durée : 90 min.
Catégorie : Spéculation

Pointage obtenu dans le palmarès : 272
Fréquence retrouvée dans les listes : 13/70
Fréquence retrouvée en 1ere position : 0
Position obtenue dans le palmarès 2009 : Aucune

Pourquoi?

Parce que c'est ingénieux. Depuis l'arrivée du Monopoly, la spéculation est un genre qui s'est vu décliné en autant de variations que l'on peut compter de nouveaux jeux chaque année! Trop souvent, elles sont de pâles imitations de succès déjà bien établis. Pour Vasco da Gama, c'est autre chose. Même si son thème choisi est des plus usés, les mécanismes que Paolo Mori a choisis pour son jeu sont étonnants, voire brillants. Tout l'art de bien investir dans les expéditions de bateaux (et, comme tout bon jeu de spéculation, d'espérer que ces investissements profiteront à long terme) est servi par un système d'ordre d'actions qui fait tout le sel du jeu. C'est par le choix du moment de jouer, le risque encouru pour choisir ce moment et la compétition générée des adversaires pour cibler ces choix que Vasco da Gama déploie les subtilités d'une machine à cogiter excessivement bien huilée. C'est la fine imbrication entre tous ces éléments, et les situations qu'il faut par conséquent prévoir à long terme, qui ont valu à Vasco da Gama une première place au très influent classement Fairplay (palmarès des meilleures nouveautés pris sur le vif) du salon d'Essen 2009.

Le saviez-vous?

Critique très notoire de la communauté ludique américaine et webmestre du site infoludique The Dice tower, Tom Vasel n'a pas du tout été impressionné par Vasco da Gama. "Et alors?" allez-vous me dire! Le fait est que ce n'est pas tant l'avis de Tom Vasel qui importe de pointer ici mais plutôt ce qui a suivi! À peine 24 heures après avoir publié sa critique sur le web que déjà les réactions négatives et les commentaires désobligeants fustigeaient de partout sur le pauvre Vasel! Il faut savoir que le critique dont on parle ici n'est effectivement pas reconnu pour être un mouton noir, ni un pourfendeur de jeux quand il s'agit de dire son opinion. Il est même plutôt reconnu pour sa gentillesse et sa tolérance. De voir donc que Vasco da Gama se faisait traîner dans la boue par une source si insoupçonnée et influente ne pouvait faire autrement que d'entraîner la colère des fanatique du jeu de Maori. Ce sur quoi Vasel a commit ce qu'un critique n'a vraiment pas l'habitude de commettre : il s'est excusé!!! Des excuses furent présentées pour avoir honteusement été à contre-courant des opinions sur Vasco da Gama alors que, comme tout le monde, il aurait fallu aduler le jeu! Mais Vasel a aussi le sens de l'humour. Et ces excuses n'ont en fait qu'ajouter de l'huile au feu puisqu'elles étaient ironiques et montraient tout le ridicule qu'un culte peut provoquer...

Pour voir la cause du charabia, cliquez ici.

Pour voir les fausses excuses qui en font la suite, c'est ici.