Auteurs : Reiner Knizia
Éditeur : Hans im Glück/Mayfair/Pegasus Spiele/Matagot
Année de parution originale : 1997
Nb. de joueurs : 2-4
Durée : 90 min.
Catégorie : Séries

Pointage obtenu dans le palmarès : 271
Fréquence retrouvée dans les listes :12/70
Fréquence retrouvée en 1ere position : 1
Position obtenue dans le palmarès 2009 :14

Pourquoi?

Parce que c'est un chef d'oeuvre. C'est du moins ce que les amateurs de Knizia vous diront. Le plus prolifique des auteurs de jeux actuels s'est donné a fond avec ce jeu de séries : un sommet de finesse, de profondeur et d'originalité dans sa catégorie. La finesse, elle vient de cette homogénéité parfaitement imbriquée entre chacun des éléments du jeu : couleurs, symboles, tuiles, plateau et même le thème (chose rare pour cet auteur); tout ici a un rôle et une fonction logique dans les règles. La profondeur, c'est cette impression d'immensité de possibilités devant une structure et une dynamique de jeu qui ne sont pas sans rappeler le Go. L'originalité est partout : dans les deux manières de provoquer et de résoudre les conflits entre joueurs, dans la manière de gérer la pose de tuiles et surtout, dans ce système de pointage qui encourage un équilibre à atteindre dans différents objectifs (une trouvaille que Knizia n'hésitera pas à reprendre dans ses autres jeux ultérieurs à celui-ci).


Le saviez-vous?

Après 13 ans sur le marché, les fanatiques de Tigre et Euphrate ont non seulement eu le temps d'écrire leurs éloges sur le jeu, certains ont même proposé quelques variantes (en anglais) pour l'enrichir et le varier. En voici quatre :

Une variante de cartes leaders de Rick Heli

Une variante de tuiles artistes de Wolfgang et Brigitte Ditt

Une variante pour réduire le hasard de Doug Adams

Une variante sur les momuments d'Aaron Fuegi