Auteurs : Carl de Visser et Jarratt Gray
Éditeur : Z-Man/Ystari
Année de parution originale : 2009
Nb. de joueurs : 2-5
Durée : 60 min.
Catégorie : Développement

Pointage obtenu dans le palmarès : 237
Fréquence retrouvée dans les listes :13/70
Fréquence retrouvée en 1ere position : 1
Position obtenue dans le palmarès 2009 :Aucune

Pourquoi?

Parce que c'est un jeu conçu par des joueurs, édité par des joueurs, destiné pour des joueurs. Endeavor est un jeu qui donne une leçon; une leçon à tous ces amateurs (et ils sont nombreux hélas!) qui s'imaginent faire une fortune simplement en copiant Monopoly ou Risk pour ensuite frapper le mur de la faillite plus tôt que prévu. Le fait est qu'en dépit d'un thème tellement usé et de mécaniques qui n'ont absolument rien inventé, on voit bien que pour leur premier jeu publié, Carl de Visser et Jarratt Gray ont au moins bien fait leurs devoirs : ils connaissent manifestement les jeux qui sont au goût du jour sur le marché puisque les influences de Goa et de Puerto Rico sont criantes ici. Cependant, et c'est là que tout le mérite leur revient, les auteurs ne se sont pas simplement contenté de bêtement copier leurs jeux favoris. De par son interactivité plus agressive que ses prédécesseurs, son système d'actions exponentielles et sa durée de partie plutôt courte pour un jeu du genre, Endeavor se distingue et présente un produit solidement testé par un éditeur qui s'y connaît. Ce qui montre bien au final qu'il est possible de publier professionnellement votre premier jeu avec succès, du moment que vous avez une base solide dans votre expérience de joueur.


Le saviez-vous?

Saviez-vous qu'Endeavor est une création néo-zélandaise? Ses auteurs ont d'ailleurs fait la nouvelle dans la section affaire du New-Zealand Herald (le journal le plus lu de Nouvelle-Zélande) quand leur jeu fut édité. En le lisant ici (pour peu que vos compreniez l'anglais), vous apprendrez entre autre que 6000 copies du jeu se sont écoulées à peine trois mois après sa sortie internationale. C'est déjà 20% des 30 000 copies que Gangster a dû prendre 12 ans pour vendre (j'espère que Marc Fournier, le directeur marketing de Gladius lit ça!!).